FR
Après sa naissance, tous sont heureux avec l‘enfant.
Malgré des réticences initiales – en fin de compte tous sont heureux avec l‘enfant.

Un faire-part de naissance envoyé grâce à l’ASME

Maja, 25 ans, est d’abord sous le choc en apprenant qu’elle est enceinte. Mais elle se reprend et souhaite dire oui à l’enfant. Lorsqu’elle en parle à son ami, le père de l’enfant, c’est la douche froide. Il la rudoie et la pousse à avorter, affirmant qu’avec un enfant, leur relation n’a aucun avenir.

Depuis de la réaction de son ami à la grossesse, Maja est tout absorbée par cette question: faut-il garder l’enfant? Lassée par ses constantes hésitations, elle fixe un rendez-vous pour avorter. Puis elle tombe sur le site web de l’ASME et contacte la centrale d’appels d’urgence.

Maja souhaite être conseillée avec compétence

Maja s’engage dans une conversation téléphonique avec une conseillère. Son ami, encore en formation, ne veut rien savoir de l’enfant. Elle a déjà eu plusieurs consultations familiales avec lui au sujet de la grossesse. Mais personne ne leur a jamais offert un suivi sérieux. C ’ étaient des consultations ouvertes. Selon Maja, ces personnes banalisaient l’avortement, ce qui n’avait que conforté son ami dans son attitude hostile à l’enfant! On ne les avait pas pris au sérieux! Frustrée, mais aussi désireuse de mettre un terme à des revirements constants, elle a finalement fixé un rendez-vous pour avorter.

Mais Maja a récemment découvert le site web de l’ASME – comme par hasard, dit-elle. L’idée d’avorter l’avait toujours mise mal à l’aise. Elle souhaitait être conseillée avec compétence. La conseillère répond alors aux questions de Maja, lui parle de ce qu’est l’avortement et lui propose une aide. Maja, qui souhaite en savoir plus, convient d’une rencontre en personne avec elle.

Vivre avec un enfant?

Lors de sa rencontre avec la conseillère, Maja a présenté sa situation en détail. Son ami l’a menacée de la quitter si elle gardait l’enfant, et ses parents le soutiendraient. Elle aussi hésite à avoir un enfant – surtout s’il doit grandir sans père. Et elle se demande si un enfant serait un obstacle pour sa formation prévue. Elle tient à ce projet pour pouvoir quitter l’emploi qu’elle n’aime pas. Mais elle n’est pas non plus sûre de réussir à surmonter l’épreuve d’un avortement et à continuer à vivre comme si de rien n’était.

La conseillère explique à Maja qu’elle a déjà aidé des femmes dans une situation similaire. La plupart d’entre elles sont aujourd’hui très heureuses, même comme maman seule. La conseillère informe aussi la femme enceinte que les pères, tout comme les grands-parents, changent souvent d’attitude si la femme enceinte dit oui à l’enfant. En prenant congé, Maja confie à la conseillère qu’elle a été très impressionnée qu’une organisation comme l’ASME existe.

Décision et tournant

Maja contacte à nouveau la conseillère, qui répond concrètement à ses questions et lui montre quelle peut être la vie d’une mère professionnellement active, même lorsque le père est absent. Elle est désormais convaincue qu’elle peut et doit faire le choix d’être mère. Elle annule le rendez-vous pour l’avortement et communique à la conseillère que les entretiens avec elle l’ont beaucoup aidé dans sa décision.

L’ASME aide la jeune femme à se préparer à la naissance, à obtenir le nécessaire pour bébés et à clarifier certains aspects juridiques. Alors se produit ce que la conseillère avait évoqué: l’ami de Maja change d’attitude! Il se réjouit même de l’arrivée de l’enfant! Un tournant s’opère également chez ses parents, eux qui étaient pour l’avortement. La mère est tout excitée par l’arrivée de son premier petit-enfant! Elle propose même de garder régulièrement le bébé, tout comme la mère et la soeur de Maja projettent de le faire. Maja peut donc convenir d’un travail à temps partiel avec son employeur pour la période postnatale.

Lorsque tout est fin prêt, Maja donne naissance à sa fille et la prend dans ses bras. Elle écrit à la conseillère: «Je suis heureuse d’être tombée sur votre site web!» Et lorsqu’elle lui envoie le faire-part de naissance, elle ajoute cette note personnelle: «J’aimerais de tout coeur vous remercier aussi pour votre aide psychologique et matérielle. Sans vous, ce faire-part de naissance n’aurait pas pu être envoyé!»